5 Conseils Naturo pour nourrir Sainement Ses Enfants

Nourrir ses enfants est une mission compliquée dans notre société; les industriels maitrisent l’art de susciter la gourmandise de nos enfants et leur proposant des produits de plus en plus transformés, très néfastes pour leur santé. Il est souvent difficile en tant que parents d’y résister, nous sommes tiraillés entre notre souhait de protéger nos enfants en leur apportant ce qu’il y a de meilleur pour eux et l’envie de leur plaisir. Découvre 5 conseils Naturo faciles à appliquer pour prendre et faire prendre de bonnes habitudes Alimentation Saine pour toute la famille.

1. Un petit déjeuner sain pour bien commencer la journée ! 

Malgré ce que les industriels martèlent dans les publicités : nos enfants n’ont pas besoin de lait, de céréales et de sucres pour bien grandir. Le sucre est plus addictif que la cocaïne, perturbe les connexions neuronales et induit une hypoglycémie réactionnelle : le fameux coup de fatigue de la fin de matinée. Les céréales et le lait quant à eux ; sont très acidifiants, déminéralisent et rendent l’intestin poreux. Et le calcium me direz-vous ? Quand il est apporté par les produits laitiers, il est très peu assimilé, et on le retrouve sous une forme beaucoup plus disponible dans les fruits secs (sésame, amandes …) dans les fruits séchés (figues, dattes, abricots…) dans les poissons, les algues, le Tofu. S’il est difficile pour vos enfants de se priver d’une boisson lactée ; optez pour des boissons végétales : lait de riz, lait de coco, lait d’amandes … (sachez qu’il faudra en tester plusieurs avant de trouver celui qui conviendra à leur petites papilles). Ou bien optez pour un lait de brebis ou de chèvre beaucoup plus digeste que le lait de vache. 

Concrètement quel petit déjeuner proposer à mon enfant ?  

> Il est tout à fait possible de remplacer le bol de céréales industrielles par un Granola Maison -préparer avec les enfants c’est encore mieux :  

Faire dorer pendant 20 min, au four des flocons d’avoines, avec des noix de pécan, amandes, noisettes concassées (au choix) et un filet de miel. Une fois le mélange refroidit y ajouter des pépites de chocolats ou des petits fruits secs. Conserver dans un bocal dans un endroit sec.  

> avec un lait végétal ou une infusion Bio fruitées.  

> des fruits frais à volonté.  

> le Bowl est une excellente solution pour réunir tous les éléments de ce petit déjeuner sain :  

Dans un bol verser un smoothie (1 banane mixée avec un peu de lait végétal et une cuillère de graines de chia) saupoudrer de granola maison, et quelques fruits frais coupés.  

Voilà un petit déjeuner sain et gourmand parfait pour une matinée bien remplie et qui peut également vous régaler ! 

2. Pas d’additifs !  

Notre corps n’a nullement besoin d’aliments hyper transformés et remplis d’additifs. Plus un aliment est simple dans sa composition, plus il sera reconnu facilement par notre organisme, et mieux il sera assimilé. Un additif est une substance chimique ajoutée à un aliment pour rendre sa couleur, son goût, sa texture plus attrayante ou augmenter sa durée de conservation. Le problème c’est l’effet cumulé des tous ces additifs chimiques dans nos produits alimentaires, qui ont un « effet cocktail » très dangereux à long terme pour notre santé et celle de nos enfants et qui favorisent l’hyperactivité infantile et troubles neurologiques.  

Voici un conseil qui peut vous éviter d’avoir à décoder les longues listes d’ingrédients : si vous ne connaissez pas un composant, n’achetez pas le produit !  

Posez-vous la question « est ce que ce composant existe dans la nature ? »  

Si la réponse est « non » alors reposez ce produit en rayon, et remplacez -le par un aliment plus sain. Apprenez à vos enfants à avoir ce même réflexe, il est primordial d’éduquer nos enfants à reconnaitre ce qui est bon pour eux et ce qui l’est moins. Quand ils sont en courses avec vous, et vous réclament un paquet de bonbons : expliquez-leur-en quoi ce produit n’est pas bon pour eux, que ça ne l’aidera pas a grandir, et que ça nuit à ses apprentissages, (n’hésitez pas à énumérer la longue liste des effets néfastes, ils en garderont surement quelques-uns en mémoire). Ça a très bien marché avec mes enfants, qui n’ont connu les bonbons qu’assez tardivement (à l’école). Nous avons donc beaucoup dialogué avec eux, et même si parfois, il nous arrive de tolérer quelques petits écarts, ils savent aujourd’hui reconnaitre un bon aliment d’un mauvais. 

Voici une liste d’additifs dangereux pour nos enfants :  

E102, E104, E11O : sont des colorants jaunes, qui induisent de l’hyperactivité chez l’enfant. Présents dans : les céréales, les pâtisseries, les bonbons, les yaourts, … 

E122 : colorant azoïque : présent dans les confitures, chewing-gum, desserts, poissons fumés, produits transformés à base de pomme de terre.  

E150d : Caramel au sulfite d’ammonium : cancérigène présent dans les sodas, dans les caramels. La lettre « d » ajoutée au nom du colorant indique la présence de sulfites et ammoniaque.  

E210 :  

E211 et E212: Conservateur Benzoate de Sodium et Benzoate de Potassium, responsables d’allergie ; asthme, prurit, rougeurs… présents dans les boissons aromatisées, sauces, chewing-gum, condiments, soupes en briques… 

E249, E250, E251, E252 : sont des nitrites très présents dans les charcuteries responsables du cancer colorectal. 

E320 : BHA anti-oxydant de synthèse très controversé, il serait responsable d’endommager notre ADN, il est utilisé dans les produits transformés à base de noisettes, les soupes, les bouillons, les céréales de petits déjeuner, chewing-gum, et préparations pour gâteaux… 

Liste non exhaustive malheureusement …  

Certains additifs sont également présents sous forme de nanoparticules et ne sont pas toujours mentionnés sur les emballages comme le dioxyde de titane (E171) et le dioxyde de silicium (E551). 

3. Des Oméga 3 !

De récentes études du King’s College de Londres (Royaume-Uni) et de la China Medical University de Taichung (Taïwan) ont démontré que des enfants atteint de TDAH Troubles ou Déficits de l’Attention avec Hyperactivité présentaient une carence en Oméga 3 et qu’une supplémentation pouvait améliorer leur attention et apaiser leur comportement. Mais pas que ! Les Oméga 3 amélioreraient aussi les fonctions cérébrales de nos bambins, et les comportements anti- sociaux. Une autre étude cette fois de l’Université de Pennsylvanie mets en lumière une amélioration du comportement d’un groupe d’enfants qui prenaient des Oméga 3, mais aussi, de façon très étonnante sur leurs parents qui n’en prenaient pas ! Il existe deux familles d’Acide Gras Essentiels (AGE) : les Oméga 6 (Acide Linoléique) et les Oméga 3 (Acide Alphalinolénique) Les apports en acides gras doivent s’équilibrer pour un rapport Omega 3 / Oméga 6 d’1/3 en moyenne pour un bon fonctionnement physiologique. Les Oméga 3 participent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire, cérébral, nerveux, hormonal et inflammatoire. Ils sont une bonne source d’énergie, et possèdent des propriétés hypolipidémiantes (qui fait baisser le taux de graisse dans le sang). Pour un meilleur apport, privilégier des poissons gras de qualité : Saumon, Hareng, Maquereaux, Sardines… l’huile de poisson, ou les huiles de colza, de lin, (Bio, vierges extraites à froid), les oeufs Bio, la mâche, la laitue …

4. Développer leur curiosité culinaire

Les enfants sont naturellement curieux et si vous avez la chance d’avoir un jardin, le potager est un indispensable pour les réconcilier avec les légumes; leur faire découvrir la richesse de la nature, la variété des végétaux. J’estime qu’apprendre à faire pousser sa nourriture devrait même être enseigné l’école. Les courgettes ne passent pas ? cessez de forcer et tester d’autres légumes. Ou cuisinez des recettes originales. Si vous avez une alimentation variée et riches en fruits en légumes, vos enfants feront de même. Cuisinez avec vos enfants, impliquez les dans l’élaboration des menus, emmenez les au marché avec vous. Il faut remettre l’alimentation au coeur de la famille, nourrir sainement ses enfants devrait être une priorité notre priorité de parents. Et manger, un plaisir partagé.

5. Se nourrir en conscience

Qu’est ce que « manger en conscience » ? C’est accepter les émotions, les ressentis pendant que l’on mange. Mastiquer lentement en prenant conscience des sensations provoquées par la nourriture. C’est écouter le langage de son corps, manger quand on a faim, et non quand on a envie de manger. S’arrêter lorsque que la satiété apparait. C’est améliorer son rapport à la nourriture. Prendre ses repas en famille, dans une ambiance conviviale , sans téléphone à table et surtout pas devant les « mauvaises nouvelles télévisées ». Des habitudes faciles à mettre en place auprès de nos enfants, qui ont un impact positif sur leur relation aux aliments.

Laisser un commentaire

Articles similaires

Me Contacter